Régates d’hiver

Il y a toujours du monde sur l’eau en hiver en Bretagne en plus de toutes celles et ceux qui y travaillent.
On peut y croiser le week-end des croiseurs sortant profiter de l’océan pour effectuer quelques ronds dans l’eau, ou à l’occasion de tempêtes des planchistes, plus ou moins casse-cous, équipés comme des motards.

Mais en voile légère; avec des conditions de vent souvent musclées; pour effectuer des régates; chaque week-end; le samedi ET le dimanche… C’est déjà plus rare.

Lorsque les spectateurs portent doudounes, gants et bonnets il doit bien y avoir une explication à ces comportements, disons-le, motivés.

Peut-être une piste avec le mot de notre entraîneur :

2016-RegatesHiverLorient

« Des régates en plein hiver, faut-il être fêlé, masochiste ou avoir un objectif de podium sur un mondial comme leitmotiv pour aller braver les lois de la gravité dans un froid d’oie de bernache (bien plus adapté qu’un froid de canard car pas l’ombre d’un canard dans le coin).

C’est bien cela que cachaient ces régates de club, une préparation en vue d’un championnat du monde de forty-niner.

Comme ce voilier est exigeant techniquement, il faut allier l’équilibre de la planche à voile avec la dextérité d’un barreur de 29er couplé au dynamisme de l’équipier.

Mais à ce jeu se mêlent les laséristes et les topperiste avec leurs coefficients de ratings lors des inter-séries dériveurs.

Ainsi, et malgré des wagons d’avance de nos fortynineristes – qui pouvaient aller taper la belote au bistrot en attendant le second et le reste du peloton – ce ne sont finalement pas eux qui ont terminé sur la première marche des nombreux podiums du club.

La déferlante porhloeizskifienne devrait s’étendre au reste de la région dès le mois d’avril, l’échéance finale s’organisant en septembre autour de deux dates phares.

D’ici là, la préparation physique va devenir prépondérante et nos athlètes devraient faire fondre leur tartiflette engrangée pour lutter contre le froid, croyez-en l’expérience du préparateur physique. »

Et nous voilà prévenus !